Aller au contenu principal

TMD Six scènes musicales en pays lafrançaisain

L'association TMD a élargi son programme du printemps jusqu'à Noël dans l'infinie richesse du monde de la musique. «Rien n'égale la magie et l'intensité de l'instant où la musique rencontre son auditeur. Le son, le rythme, l'atmosphère, tout concourt à une expérience unique. La musique peut sembler n'être qu'un son fugace, ce qu'elle provoque peut perdurer tout au long d'une vie!» (TMD). Cette saison 2017 où se conjuguent les différences capables de rassembler tous les amoureux de la musique traverse les époques et les genres, offrant une vision nouvelle de l'interprétation des œuvres du répertoire ou de raretés.

Programme 2017. L'ouverture de la saison sera le 31 mars, dans la médiathèque de Lafrançaise, avec une soirée exceptionnelle de piano à quatre mains où deux pianistes rivaliseront de virtuosité : la Japonaise Momo Kodama et le pianiste israélien Iddo Bar-Shai, déjà venu à Lafrançaise.

En juin, au château de Piquecos, un cocktail sonore explosif avec Spark the classical band servira un véritable feu d'artifice. Juillet sera torride et espagnol avec du piano flamenco au château de Vazerac : Raphaël Pradal, ovationné en Espagne et à Toulouse. Août sous les cigales à Montastruc verra un brillant pianiste de jazz qui parcourt les festivals du monde entier : Paul Lay.

L'automne nous fera découvrir un Ensemble vocal slave de Brest-Litovsk, en l'église de Vazerac.

Pour la magie lumineuse et étincelante de Noël, un talentueux pianiste de 20 ans clôturera la riche programmation 2017 à la médiathèque de Lafrançaise.

Un avis pertinent. «Depuis deux ans, l'association TMD nous propose une programmation de concerts d'une très grande qualité, éclectique et ouverte. Grâce à leur dynamisme, à leur envie de partager et à leur passion, les bénévoles de TMD permettent à tous de découvrir la musique classique autrement, en alliant le talent, l'accessibilité et les lieux insolites. Ce n'est pas chose facile et ils y parviennent avec beaucoup de réussite. Ils montrent qu'il est possible d'apporter dans nos territoires ruraux des spectacles dignes des plus grands festivals de musique classique.»