Aller au contenu principal

Les 130 ans de l'école Sainte-Marie

L'école Sainte-Marie vient de fêter son cent trentième anniversaire. Plus de 200 personnes s'étaient déplacées pour l'occasion : institutrices, élèves et parents d'élèves. Anciennes et nouvelles générations ont pu visiter l'école et se retrouver sur les photos de l'exposition.

Le tableau noir et l'odeur de la craie sont remontés dans les mémoires le temps d'un après-midi. Les souvenirs de classe mais aussi ceux de la cour de récréation, là où se sont nouées les amitiés qui résistent aux années. Marie-Pierre Valette, directrice, a rappelé l'histoire de l'école et ses principes.

L'école, créée en 1845, s'installe en 1888, dans les bâtiments actuels, 41, rue Mary-Lafon, suite à la donation d'un terrain par deux familles lafrançaisaines. L'enseignement fut confié aux sœurs de la congrégation de Notre-Dame-du-Calvaire, de Gramat, avec pour devise : Au commencement est l'enfant.

Nombre de religieuses se succédèrent dans l'établissement qui trouva un plein essor avec plus de quarante jeunes filles pensionnaires venues de toute la région et avec la maternelle qui accueillit filles et garçons jusqu'à l‘âge de la scolarité. L'école, réservée aux filles jusqu'en 1968, connaîtra des effectifs variables mais qui n'auront pas raison d'elle grâce au travail de sa communauté éducative.

Durant ces 130 années, d'immenses travaux sur l'immeuble furent très souvent réalisés par

des familles volontaires et financés par l'Ogec et l'Apel. L'été dernier, c'est la façade qui a été entièrement rénovée. Le prochain projet concerne la réhabilitation de la chapelle et de ses vitraux. 130 ans plus tard, forte de ses racines et résolument tournée vers l'avenir, l'école Sainte-Marie reste un lieu de liberté et d'écoute, assumant la charge de la formation du sens civique, de l'effort et du travail bien fait et des relations humanisées pour préparer les enfants aux responsabilités de la vie.

Cette journée s'est conclue par une célébration dirigée par Mgr Ginoux, évêque de Montauban; l'abbé Albert; le diacre Hervé Rolls, et animée par l'équipe paroissiale.

Une ancienne élève nous confiera : «Cette journée était splendide, riche en émotion. Nous avons vécu de belles retrouvailles, mais heureusement que les petites étiquettes étaient là pour nous aider à mettre un nom sur un visage!»

Depuis les assemblées générales de l'Ogec et de l'Apel, deux nouveaux bureaux ont été élus. Une pensée toute particulière pour Pierre Delbreil qui nous a quittés brutalement, peu après ce cent trentième anniversaire. Pendant vingt-huit ans, il a œuvré, tour à tour, à la présidence de l'Ogec et de l'Apel pour cette école si chère à son cœur.